Voyance Qualité :Spiritualité

"Spirituel" est un mot qui était autrefois considéré de manière assez uniforme comme ayant de fortes connotations positives. Il suggérait un niveau élevé de conscience et une capacité à transcender les préoccupations banales et matérialistes de la vie quotidienne. Se déclarer comme une personne non spirituelle revenait à dire que l'on est superficiel et irréfléchi.

Avec le déclin constant de l'affiliation religieuse institutionnelle en Occident au cours des dernières décennies, de nombreuses personnes ont choisi de se décrire comme "Spirituel mais pas religieux". On dit que le terme SBNR a pris son essor au début des années 2000, lorsque les rencontres en ligne sont devenues populaires : "Spirituel mais non religieux" est devenu une catégorie intéressante qui disait : "Je ne suis pas une sorte d'athée sans coeur, mais je ne suis pas non plus une sorte de personne prude et moralisatrice". Je suis gentil, amical et spirituel, mais pas religieux", comme l'a dit Matthew Hedstrom, professeur de religion à l'université de Virginie.

 

1 La notion de spiritualité sans religion institutionnelle a probablement eu ses racines principales dans la contre-culture des années 1960 et dans la spiritualité New Age des années 1980. Bien qu'elle jouisse toujours d'une énorme popularité, la spiritualité New Age (alternativement désignée par des termes tels que "Esprit-Corps-Esprit"), est de plus en plus ridiculisée par les jeunes générations.

Aujourd'hui, de plus en plus de gens, en particulier les jeunes, renoncent à l'étiquette spirituelle. Pour beaucoup, le mot a une connotation de croyance aux esprits ou aux fantômes et aux choses surnaturelles ou paranormales. Il a une connotation d'inscience, d'intuition (un autre mot qui n'est plus considéré comme un compliment sans réserve), de personne régie par l'émotion plutôt que par la rationalité.

La croyance en Dieu ou en une puissance supérieure, l'ultime des croyances surnaturelles, est également de plus en plus écartée, et surtout par les jeunes.

Aux États-Unis, le déclin de l'affiliation religieuse institutionnelle et de la croyance en Dieu

 

Le pourcentage d'Américains se déclarant "nones" religieux (personnes qui décrivent leur identité religieuse comme athée, agnostique ou "rien de particulier") est passé de 17 % en 2009 à 26 % en 2019.2 Il est également bien connu que cette tendance est plus forte chez les jeunes adultes. Parmi les millénaires (nés entre 1981 et 1996), le pourcentage de "nones" est de 40 %, contre 25 % pour la génération X (née entre 1965 et 1980), 17 % pour les baby-boomers (1946-1964) et 10 % pour la génération silencieuse (1928-1945).

l'article continue après la publicité

Mais jusqu'à présent, il était largement admis que la plupart des personnes qui n'étaient plus assises sur les bancs étaient "spirituelles mais non religieuses" (SBNR) - désintéressées ou désenchantées de la religion institutionnelle mais croyant toujours en une puissance supérieure, traçant leurs propres voies alternatives pour se connecter à la transcendance. Cependant, des données plus récentes suggèrent que la spiritualité elle-même, ou plus précisément la croyance en une puissance supérieure - qui est à la base de la plupart des formes de spiritualité - est en déclin, et surtout chez les jeunes générations.

Il est certain que de nombreux Américains non religieux s'identifient encore à la SBNR : une étude PRRI de 2017 a classé 18 % d'entre eux comme étant spirituels mais non religieux3. Mais cette étude a également révélé que 31% ne sont ni spirituels ni religieux. Et l'étude a révélé que les Américains non religieux de toutes sortes (qu'ils soient spirituels ou non) sont sensiblement plus jeunes que les Américains religieux.

 

Une étude Pew de 2017 a révélé que 19% des Américains ne croient pas en Dieu, et un pourcentage beaucoup plus important, 44%, ne croient pas en un Dieu biblique. Ces 19 % se répartissent entre ceux qui croient en une sorte de vague puissance supérieure ou force spirituelle (9 %) et ceux qui ne croient en aucune sorte de puissance supérieure (10 %). Tous ces chiffres, y compris les 10 %, représentent une forte augmentation par rapport aux décennies précédentes, et il y a de bonnes raisons de penser que même ces chiffres sont sous-estimés (voir note de bas de page 4).

Jean Twenge, dans une analyse des données de l'Enquête sociale générale (ESG) de 2014, représentatives au niveau national, a constaté que près de deux fois plus d'Américains ont indiqué qu'ils ne croyaient pas en Dieu ou qu'ils en doutaient en 2014 par rapport à la fin des années 1980 (22 % contre 13 %) (en 2018, ce chiffre était passé à 24 %5). Cette tendance était plus marquée chez les jeunes adultes : Parmi les 18-29 ans, 30 % avaient de sérieux doutes en 2014, contre 12 % à la fin des années 1980 (et en 2018, ce chiffre était passé à 32 %)6. La tendance est également apparue chez la plus jeune génération, la génération Z (également appelée iGen). Twenge note que, comme ces données remontent à plusieurs décennies, il semble que les Millennials et la Gen Z n'abandonnent pas la religion simplement parce qu'ils sont jeunes - ils sont nettement moins religieux que ne l'étaient les GenX'ers et les Boomers au même âge. La religion n'a pas non plus été remplacée par la spiritualité, ajoute M. Twenge. La proportion de ceux qui se décrivent comme spirituels n'a pas augmenté chez tous les adultes et a même diminué chez les jeunes adultes.7 En outre, le nombre de jeunes de 18 à 29 ans qui se disent ils n'étaient pas du tout spirituels sont passés de 14% en 1998 à 19% en 2014.8.

Toutes les données ci-dessus proviennent des États-Unis. Les données de la plupart des autres pays occidentaux tendent vers des niveaux de croyance religieuse ou spirituelle beaucoup plus faibles. Selon une étude Pew de 2019 au Canada, 29 % des personnes interrogées se disent soit athées (8 %), soit agnostiques (5 %), soit "sans opinion particulière" (16 %).9 Un sondage Pollara Strategic Insights de 2019 a révélé que seulement 49 % des Canadiens expriment une croyance en une puissance supérieure.10 Un sondage Angus Reid de janvier 2020 a révélé que 34 % des Canadiens "ne croient absolument pas" (14 %) ou "ne pensent pas que" (20 %) Dieu ou une puissance supérieure existe. Pour les Canadiens âgés de 18 à 34 ans, les non-croyants et les sceptiques sont encore plus nombreux dans ce sondage Angus Reid, avec 46 %.11

L'incrédulité est tout aussi élevée au Royaume-Uni. Une enquête YouGov réalisée en 2015 a révélé qu'un tiers des adultes britanniques ne croient pas en Dieu ou en une puissance spirituelle supérieure, quelle qu'elle soit, soit à peu près le même nombre que celui qui croit en "un Dieu". Les autres croient en une puissance supérieure mais pas en un Dieu (20%) ou ne savent pas ce qu'ils croient (14%). Les données montrent une fois de plus la nette tendance à une moindre croyance chez les jeunes générations, la cohorte des 18-24 ans étant la plus nombreuse, avec 46% de non-croyants.12

Les chiffres des autres pays européens sont encore considérablement plus élevés, notamment dans les pays scandinaves, aux Pays-Bas, en Belgique, en France, en Allemagne et en République tchèque. Dans ces pays, des pourcentages beaucoup plus élevés de personnes sont prêtes non seulement à déclarer qu'elles ne croient pas en Dieu ou en une puissance supérieure, mais aussi à utiliser sans réserve le mot athée pour s'identifier.13

VOYANCE QUALITÉ